Xiaomi Mi Band : test d’un tracker d’activité à moins de 20 euros

Publié par dans Technologies, Tests produits

Avant propos

Xiaomi est une marque chinoise qui a vu le jour à Pékin en 2010. Après la mise sur le marché d’une distribution maison d’Android, la marque s’est rapidement tournée vers la fabrication de smartphones dont les ventes ont connu un certain succès, particulièrement en Chine. A mesure que Xiaomi a mis sur le marché de nouveaux téléphones, la critique était unanime pour dire qu’il s’agissait de produits de qualité. Ce qui frappe généralement avec les produits Xiaomi, c’est le décalage saisissant entre les prix pratiqués, et la qualité des produits. Le haut de la gamme des terminaux Xiaomi est très comparable à des terminaux Android « premium » (Samsung, Sony, etc.), mais sont généralement vendus pour moitié moins cher que les grandes marques. La marque chinoise s’est par la suite lancée sur de nouveaux marchés , dont celui de la santé, avec notamment un tracker d’activité : le Mi Band. La promesse est ici la même que pour les smartphones : mettre sur le marché un produit similaire à ceux proposés parles ténors, mais pour un prix entre 6 et 8 fois inférieur. Le Mi band coûte donc moins de 15 euros en Europe, quand son équivalent chez Fitbit, le Flex, affiche un prix catalogue de 99€. Xiaomi est-il capable de concurrencer Fitbit sur son terrain de jeu sans sacrifier la qualité au profit de prix cassés ? C’est la question à laquelle je vais essayer de répondre dans ce test.

Un petit rappel avant d’attaquer ce test : l’intégralité des produits testés sur mon blog sont achetés sur mes deniers. Je n’ai donc aucun lien avec les relations presse de quelque marque que ce soit (Xiaomi en l’occurence), et ce test est le reflet de mon expérience avec le produit au bout de deux mois d’utilisation quotidienne.

1. Présentation du produit

Le Mi Band n’est que partiellement distribué en France : vous ne le trouverez pas en rayons à la FNAC ou chez Boulanger, mais devrez plutôt le commander sur Amazon auprès d’un marchand chinois. Tout commence donc une dizaine de jours après la commande, par la réception d’une petite boite carré en carton craft du meilleur effet, simplement floquée du logo de Xiaomi sur la face avant. 4 éléments sont présents dans la boite : le tracker, le bracelet qui va avec, un petit cordon de rechargement propriétaire et un livret. Le livret avec les instructions est plutôt du genre inutile : il est totalement en chinois.

Le tracker est assez petit (plus petit qu’un Fitbit One par exemple) et sa finition est irréprochable. Il dispose sur sa partie supérieure d’une finition en aluminium brossé et de 3 LEDs qui servent lors de l’appairage avec un smartphone. Ces LEDs permettent également de suivre la progression de son objectif définit durant la journée : pour un objectif quotidien de 10 000 pas par jour, 1 LED s’allume au bout de 3 333 pas, 2 LEDs au bout de 6 666 pas, et les 3 LEDs s’allument lorsque l’objectif est atteint. Le tracker est à insérer dans un bracelet en plastique noir inclus dans la boite. Le bracelet est plutôt simple, mais conviendra à tout les poignets grâce à un grand nombre de points d’ancrages. Le système d’attache du bracelet est par ailleurs très bien pensé : il rend l’installation au poignet très simple par un système de bouton pression qui vient se glisser dans le silicone. Le seul reproche que je pourrais faire au bracelet est que l’on sent que l’on a pas le top du plastique entre les mains. Autant j’avais été impressionné par les matériaux utilisés par Fitbit sur son Charge HR lors de mon premier contact avec le produit, autant le bracelet du Mi Band n’est pas d’une qualité sensationnelle : c’est un plastique assez quelconque. Enfin, dernier point sur le bracelet : Xiaomi propose de base une version noire, mais il est possible d’acheter le bracelet dans d’autres couleurs. Le tracker n’étant pas scellé dans le bracelet, ceux-ci sont totalement interchangeables. Il est donc possible d’avoir un panel de bracelet couvrant toutes les couleurs d’un arc-en-ciel pour une dizaine d’euros sur Amazon.

2. Principales fonctionnalités

Suivi de l’activité physique : pas, distance et calories : le Mi Band permet principalement de suivre le nombre de pas effectués par son utilisateur tout au long de la journée. Il extrapole par la suite la distance parcourue que cela représente ainsi que le nombre de calories dépensées.

Suivi du sommeil : le Mi Band permet également de suivre le temps de sommeil, mais également sa qualité.

Notification des appels entrants : le bracelet permet de recevoir des notifications au poignet sous forme de vibrations lors d’un appel entrant. Cette fonctionnalité marche aussi bien sur iOS que sur Android.

Alarmes silencieuses : enfin, le bracelet permet de servir de réveil, sous forme d’alarmes vibrantes. Cela permet de se réveiller tout les matins via une vibration au poignet, sans avoir son réveil qui sonne en fanfare.

3. Mise en route et première synchronisation

Petite précision avant de commencer : Xiaomi communique sur une compatibilité avec Android 4.4 et supérieurs ainsi que les iPhones 4S avec une version 7 ou supérieure d’iOS. Il s’agit d’un point important à prendre en considération avant l’achat pour les utilisateurs sous Android : un pré-requis à Android 4.4 (Kit Kat) laisse de facto un bon tiers des utilisateurs de l’OS au robot vert sur la bas-coté.

Le point de la compatibilité vérifié, la mise en route est très aisée : il suffit de télécharger l’application Mi Fit sur iOS ou Android, de la lancer, puis de se laisser guider. Le processus de base consiste à créer un comte Xiaomi, à se connecter, puis à appairer le Mi Band via bluetooth. La première étape est un peu différente en fonction de l’OS utilisé : j’ai remarqué que Xiaomi permettait de créer un compte avec une adresse email sur iOS, alors qu’il ne le permet pas sur Android. A la place de l’adresse email, c’est le numéro de téléphone qui est demandé, comme pour une inscription sur un service tel que WhatsApp ou Viber. Il s’agit d’un point de détail, mais je trouve qu’il reflète bien la philosophie de Xiaomi : l’entreprise chinoise n’est pas sur les mêmes priorités que son concurrent Fitbit. Elle vise d’abord à écouler des volumes importants dans des pays ou tout le monde n’a pas d’adresse email sous la main (Chine, Inde, etc.).

Passé ce point de détail sur la création du compte, la mise en route ne pose aucun problème et prend moins d’une minute. L’application détecte le Mi Band à proximité, il faut par la suite tapoter dessus pour confirmer l’appairage, et c’est tout bon.

4. Utilisation au quotidien

Une fois le Mi Band appairé, il fonctionne assez simplement au quotidien : il suffit de le porter et de l’oublier. Toujours difficile d’oublier ce petit bracelet les premiers jours lorsque l’on a pas l’habitude, mais on s’y fait assez vite, y compris la nuit. C’est la qualité de construction du Mi Band et ses fonctionnalités qui lui permettent de se faire oublier. Le Mi Band est IP67 : cela signifie qu’il est totalement résistant à la poussière et résiste à une immersion complète sous l’eau entre 15cm et 1 mètre. Formulé autrement : il ne craint pas la pluie et il est possible de prendre sa douche avec. Du côté de l’autonomie, Xiaomi annonce une durée de vie d’un mois sur une charge. Vous ne serez donc pas à courir après les prises de courant pour recharger. Et dans les faits, l’autonomie est largement supérieure à ce qui est annoncé. Cela dépend de l’utilisation qui est faite, mais sans utiliser les alarmes silencieuses, je tiens pour ma part 2 mois sur une charge, ce qui est… impressionnant. A titre de comparaison, le Fitbit Flex qui est vendu entre 6 fois plus cher a besoin d’être rechargé tous les 5 jours. Enfin, le suivi du sommeil se fait sans pression d’un bouton : tout est automatique. Au final, tout ces éléments font du Mi Band un excellent compagnon au quotidien que l’on oublie rapidement. Il ne reste plus qu’à marcher donc !

5. Précision des données

La précision des données collectées par ces bracelets est toujours sujette à débat. Petit rappel donc : il est important de comprendre comment le Mi Band fonctionne. La pièce maitresse d’un tracker d’activité est ce qu’on appelle un accéléromètre. Je laisserai les plus téméraires aller voir la définition sur Wikipedia, mais dans l’idée, un accéléromètre est un détecteur de mouvements. Un détecteur de plus en plus précis d’ailleurs. C’est en détectant les mouvements du bras que le Mi Band est capable de compter le nombres de pas, ou plutôt d’estimer le nombre de pas. Car oui, il suffit que vous changiez un bébé, fermiez des volets roulants ou que vous fassiez la vaisselle pour vous rendre compte que votre Mi Band compte des pas qui n’en sont pas. Chaque société a ses propres méthodes de calculs et algorithmes correctifs pour parvenir à l’estimation la plus juste, mais il y aura toujours un peu de déchets dans les statistiques. Et ce n’est pas grave, à la fin de la journée, ce qui compte n’est pas le nombre pas que vous avez fait, mais la tendance. Si vous avez fait 15 000 pas, c’est que vous avez été actif, et ce ne sont pas les 100 ou 200 pas de plus comptés par mégarde qui changent la donne. En revanche, si vous avez fait une journée à 2 000 pas, c’est qu’il est temps de vous bouger !

Une fois que nous avons dit cela, je trouve la précision du Mi Band très satisfaisante. Je dirais même que je le trouve plus précis que mon Fitbit Charge HR pour la comptabilisation du nombre de pas. Voici ce que cela donne :

Deux points à retenir avec ce graphique :

  • la tendance est la même pour les deux bracelets, ce qui signifie que le Mi Band ne fait pas fausse route
  • je trouve que mon Charge HR surestime légèrement le nombre pas. Le fait que le Mi Band se trouve un peu en dessous tend à me faire penser qu’il produit des chiffres un peu plus proches de la réalité

Outre les pas, les distances comptabilisées par le Mi Band sont très cohérentes. Je me suis prêté au jeu de comparer les distances du Mi Band avec mes parcours effectifs à l’aide de l’outil « Mesure » de Google Maps. Le résultat est sans appel : la distance comptabilisée par le Mi Band est généralement assez proche de la réalité.
Enfin, s’agissant de la mesure de la qualité du sommeil, les données collectées sont tout à fait en phase avec ce qu’indique par ailleurs mon Fitbit Charge HR : le Mi Band me voit généralement m’endormir ou me réveiller à la même heure, souvent à la minute près. Les seuls moments où j’ai pu constater des différences notables, c’était lors de nuits « particulières », perturbées par un enfant en bas âge.

6. Applications et consultation des données

C’est probablement le seul point sur lequel il serait possible de trouver quelque chose à redire. Malgré des applications mobile au design sympa et un accès facile aux données, Xiaomi peut mieux faire sur cet aspect. La traduction des applications est partielle. L’application iOS, bien que refondue début 2016 et totalement adaptée à l’écran de l’iPhone 6 n’est pour le moment disponible qu’en anglais.

Quant au site internet, celui-ci n’existe pas. Il n’est donc pas possible de consulter ses statistiques depuis un ordinateur de bureau, via un accès à un site classique. Cela rejoint mon point précédent sur le marché cible de Xiaomi : il ne faut pas compter sur un site web à moyen terme, car cela n’est pas en phase avec leur cible.

Néanmoins, et c’est le gros point fort de Xiaomi : la firme chinoise ne cherche pas (encore?) à s’accaparer des données de ses utilisateurs, mais plutôt à vendre des Mi Band. Xiaomi a donc fait donc le choix d’être totalement intégrée à Apple Santé et Google Fit. Que vous ayez un iPhone ou un téléphone Android, il est possible de retrouver les données de votre Mi Band au sein de l’application « Santé » native de votre téléphone, où tout vos indicateurs se retrouvent (données Mi Band + toutes les données de vos autres objets connectés compatibles, comme le poids, le rythme cardiaque, etc.).

Conclusion : un 5/5 les doigts dans le nez

La conclusion est plutôt simple et je ne vais pas y aller par quatre chemins : le Mi Band est un carton. On aurait pu souhaiter une application iOS un peu plus léchée ou un bracelet en plastique un peu plus « premium ». Mais à ce prix là, c’est un sans faute pour Xiaomi qui arrive à délivrer un appareil qui met la concurrence à terre. Avec une précision des données collectées satisfaisante, une autonomie de plusieurs mois sur une charge et un prix catalogue de… 15 euros, Xiaomi signe un sans faute.

Merci d’avoir lu cet article !


Achetez avec ths.laDisponible sur Amazon à partir de 16€. Dans la même gamme, le Mi Band 1S apporte le suivi du rythme cardiaque pour quelques euros de plus. Pensez à utiliser ces liens Amazon si vous acheter un produit Xiaomi après avoir lu cette article. Ces liens me permettent de récupérer une petite commission en guise de rémunération pour mon travail sur ce blog. Merci pour votre soutien !


C’est à vous : donnez moi votre avis !

Laissez votre commentaireLa discussion continue ci-après, prenez un moment pour laisser un commentaire. Vous avez une question, une observation ou un avis à partager ? N’hésitez pas ! Tous les commentaires font l’objet d’une réponse tricotée main en France !

Test produit : informations clé
Date du test
Produit
Xiaomi Mi Band
Note
51star1star1star1star1star